Services de lutte contre les feux de forêt

Gestion des feux de forêt aux TNO

Lorsque les conditions météorologiques et l’humidité des matériaux forestiers combustibles sont favorables, les forêts des Territoires du Nord-Ouest (TNO) peuvent constituer un terrain propice à des feux de forêt de haute intensité qui deviennent pratiquement impossibles à maîtriser. Ces feux, qui se déclenchent souvent de façon naturelle, peuvent se propager rapidement sur de grandes distances et mettre en danger les populations et les infrastructures communautaires.

Dans de telles conditions environnementales et météorologiques, une stratégie s’impose pour gérer ces feux.

Le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest assure la gestion des feux de forêt partout sur le territoire. Ce service comprend la prévention, la détection, la présuppression et la suppression des feux de forêt, ainsi que le brûlage dirigé.

On compte en moyenne 224 feux de forêt par année aux TNO. Sur ce nombre, 88 % sont provoqués par la foudre. D’autres sont causés par des personnes ou des industries.

 

Tous ceux que l’on croit avoir une origine humaine font l’objet d’une enquête.

 

Changement d’approche

Pendant la majeure partie du xxe siècle, le but était d’éteindre les feux de forêt (activité appelée suppression). Cette entreprise souvent coûteuse portait généralement fruit, mais au détriment de l’environnement.

Vers les années 1970, les bienfaits écologiques de ces feux ont commencé à être reconnus. Les gestionnaires forestiers ont compris que la suppression n’était pas toujours nécessaire ni même souhaitable. Aujourd’hui, la gestion des feux de forêt couvre un large spectre d’interventions, de la suppression totale au laisser-faire.

La décision de supprimer un feu ou de le laisser s’éteindre naturellement dépend d’une séquence de priorités établie par l’organisme gouvernemental responsable de la gestion des feux dans le secteur touché. Il s’agit normalement d’un organisme provincial ou territorial, sauf dans les parcs nationaux et les bases militaires, qui sont sous la responsabilité d’organismes fédéraux.

Aux TNO, la protection va en priorité aux secteurs résidentiels, aux forêts commerciales de grande valeur et aux sites récréatifs. Au bas de la liste, on trouve généralement les parcs sauvages et les forêts éloignées à faible valeur économique. Cela dit, la protection des habitats rares, des sites importants sur le plan culturel et des autres secteurs de ce genre entre aussi en ligne de compte.