Respectez la faune des TNO

Gardez vos distances

Les Territoires du Nord-Ouest (TNO) sont l’une des régions du Canada ayant de très vastes zones de nature vierge. En effet, les TNO offrent d’innombrables possibilités d’observer la faune, notamment les ours, les loups, les bisons, les coyotes, les renards, les castors, les corbeaux et les porcs-épics. Ces animaux vivent dans les forêts, sous les rochers, dans la toundra et dans les cours d’eau des TNO.

Pour vivre une expérience authentique du Nord, respectez la faune en gardant vos distances.

SVP, pas d’égoportraits. Pour obtenir la photo parfaite, gardez une distance sûre, utilisez votre zoom et si vous êtes sur la route, restez dans votre véhicule.

Ne nourrissez jamais les animaux sauvages

Bien qu’il soit toujours intéressant d’observer la faune des TNO dans son habitat naturel, il ne faut jamais nourrir les animaux sauvages.

En vertu de la Loi sur la faune, il est illégal de nourrir intentionnellement les animaux sauvages ou de laisser de la nourriture, des déchets alimentaires ou d’autres appâts sur le territoire pour les attirer; cela met les bêtes et les humains en danger.

Le nourrissage des animaux sauvages les habitue au contact avec les humains, ce qui présente un risque de blessure ou de maladie pour ces derniers. Les animaux nourris par les humains finissent souvent morts. Soit ils s’empoisonnent, soit ils doivent être abattus parce qu’ils sont devenus une menace pour la sécurité publique.

La sécurité au pays des ours

Les ours sont présents partout aux TNO, dans la nature, lorsque vous voyagez ou campez, et à proximité des collectivités et des routes.

Restez en sécurité en étant attentif aux ours et en planifiant en conséquence. Apportez un dispositif de dissuasion comme un vaporisateur chasse-ours, faites du bruit en cas de visibilité réduite et rangez vos aliments et vos déchets dans des contenants hermétiques.

Les ours sont des animaux sauvages et peuvent être stressés ou effrayés par les humains. Au pays des ours, laissez-leur de la place.

Faites attention aux bisons sur la route

Le bison des bois constitue une partie importante de l’écosystème boréal. On le retrouve souvent sur les routes des TNO ou à proximité de celles-ci. Il peut sembler gros et lent, mais il s’agit pourtant d’un animal imprévisible qui peut atteindre une vitesse au galop de 60 km/heure.

Si vous voyez un groupe de bisons sur la route ou à proximité de la route, ralentissez ou arrêtez. N’approchez pas un bison et ne sortez pas de votre véhicule si un bison se trouve à proximité de la route.

Si vous êtes en vélo, évitez de surprendre un bison. Faites du bruit et donnez-lui le temps de réaliser votre présence. Ne traversez jamais une harde de bisons à pied et ne vous placez jamais entre deux bêtes, particulièrement entre une bisonne et son petit.

La période la plus dangereuse pour une collision avec un bison va d’août à novembre, surtout sur les routes suivantes :

  • Route 3 – Fort Providence à Yellowknife
  • Route 5 – Fort Smith à Big Buffalo Junction
  • Route 7 – Rivière Poplar à la frontière avec la Colombie-Britannique

Soyez très prudent pour assurer votre sécurité et celle du bison.

Que faire si vous trouvez des animaux sauvages malades, blessés ou orphelins?

Chaque année, le ministère de l’Environnement et des Ressources naturelles (MERN) reçoit des signalements d’animaux sauvages malades, blessés ou orphelins. Cependant, de nombreux jeunes animaux ne sont pas des « orphelins » qui ont besoin d’être secourus. Les spécimens de certaines espèces quittent temporairement leur progéniture, surtout pendant la journée, pour changer d’emplacement ou pour chercher de la nourriture. Les parents sont généralement à proximité, même si vous ne les voyez pas. Retirer un animal de son habitat peut souvent faire plus de mal que de bien.

Si vous rencontrez un animal que vous pensez malade, blessé ou orphelin, vous serez peut-être tenté de prendre les choses en main, mais même si vos intentions sont louables, vous risquez de vous mettre en danger, vous autant que l’animal.

Suivez plutôt les étapes suivantes :

  1. Ne retirez pas l’animal de son habitat naturel.
  2. Allez voir l’animal à plusieurs reprises pendant 24 à 48 heures pour vérifier s’il va bien, tout en maintenant une distance sécuritaire.
  3. Si la mère n’est pas revenue ou que l’animal n’a pas bougé dans les 48 heures, communiquez avec votre bureau local ou régional du MERN.

Signaler une situation d’urgence concernant les espèces sauvages

Signaler une situation d’urgence concernant les espèces sauvages à l’aide du numéro accessible en tout temps à cette fin dans votre région.