Planification du réseau de conservation

Qu’est-ce qu’un réseau de conservation?

Un réseau de conservation est un ensemble d’aires protégées et d’aires de conservation à différentes échelles permettant de préserver, plus efficacement que si elles étaient isolées, la stabilité écologique, économique et sociale. Un réseau de conservation assure un lien entre les différentes composantes du paysage et fournit des corridors et des zones de reproduction pour la faune, ce qui facilite la migration et l’adaptation des espèces. À mesure que les perturbations causées par l’homme augmentent, les zones intactes gagnent en importance.

Pourquoi la planification d’un réseau de conservation est-elle importante?

Aux TNO, la terre et l’eau sont vitales pour les cultures autochtones et le bien-être de tous. Souvent, les zones les plus diversifiées sur le plan biologique sont aussi les plus riches sur le plan culturel; elles offrent des possibilités à long terme pour le développement d’une économie diversifiée grâce au tourisme, à d’importantes activités culturelles, récréatives et éducatives et à d’autres activités dans la nature générant des revenus. La création d’un réseau de conservation est une façon efficace et équitable d’assurer la pérennité de la culture, de la terre et de l’eau des TNO pour les générations futures.

(vidéo en anglais seulement)

La résilience écologique aux changements climatiques  dépend de la conservation d’une grande diversité d’habitats dans toute une série de paysages. La création d’aires protégées constitue l’un des moyens les plus efficaces et les plus proactifs de soutenir les populations et de protéger la terre et la biodiversité dans un contexte de changements climatiques.

La variété de plantes, d’animaux et d’autres êtres vivants dans une zone donnée est appelée biodiversité. La biodiversité permet de protéger les systèmes alimentaires autochtones et favorise l’accès à une économie traditionnelle, soutenant ainsi la culture autochtone et renforçant les systèmes sociaux au sein des collectivités. Tout comme des collectivités en santé peuvent jouer un rôle moteur dans la lutte contre les changements climatiques, les aires protégées peuvent également contribuer au bien-être des Autochtones et à la réconciliation avec les peuples autochtones.

(vidéo en anglais seulement)

Planification du réseau de conservation des TNO

Les écosystèmes du Nord sont variés et particulièrement vulnérables aux changements climatiques. La terre, riche en biodiversité, contribue à la qualité de vie élevée dont bénéficient les Ténois. La sécurité alimentaire et l’économie traditionnelle du Nord reposent sur la préservation de la biodiversité.

La biodiversité actuelle relativement intacte des TNO permet de planifier un avenir sain pour la nature, l’eau, les espèces sauvages et les gens, une situation pratiquement impossible dans la majorité des autres régions canadiennes. Il est plus efficace et rentable de conserver la nature de façon responsable maintenant que de la rétablir plus tard.

Veiller à ce que les terres des TNO restent saines est une priorité du gouvernement des Territoires du Nord-Ouest (GTNO). Cela comprend la protection de la biodiversité par l’établissement et la gestion d’aires protégées et d’aires de conservation, souvent désignées par la notion de planification de réseaux de conservation.

Le GTNO a exposé sa vision de l’aménagement et de la gestion des terres dans le document Terres du Nord, leadership du Nord – Cadre sur la viabilité et l’aménagement territorial du GTNO. Les Ténois veulent léguer un territoire en santé aux générations actuelles et futures. Voilà une rare occasion pour les TNO de devenir un chef de file de la conservation et d’appliquer les leçons tirées ailleurs au Canada et dans le monde sur la gestion durable des ressources.

Territoire en santé, population en santé

En automne 2016, le GTNO a publié un document intitulé Territoire en santé, population en santé : Priorités du gouvernement des Territoires du Nord-Ouest pour la planification du réseau de conservation de 2016 à 2021, qui définit les priorités du GTNO pour les cinq  années en question, visant à s’assurer que les terres des TNO restent en santé pour les générations futures, en collaboration avec les gouvernements autochtones et d’autres partenaires de planification.

Le document Territoire en santé, population en santé décrit deux priorités majeures :

Priorité 1 : Terminer la planification et la prise de décisions pour les huit aires protégées proposées existantes

Priorité 2 : Formuler une nouvelle stratégie de planification du réseau de conservation en collaboration avec les gouvernements autochtones et les autres partenaires

Quel rôle jouent les TNO dans le processus de planification du réseau de conservation?

Le réseau de conservation des TNO contribue à atteindre les objectifs nationaux et mondiaux pour la biodiversité des zones protégées :

  • Les Buts et objectifs canadiens pour la biodiversité d’ici 2020 sont basés sur les objectifs mondiaux fixés par la convention internationale sur la diversité biologique. Parmi ces objectifs, mentionnons la protection de 17 % des écosystèmes terrestres et 10 % des écosystèmes marins d’ici 2020.
  • Les objectifs visent également à intégrer des zones qui ont une importance particulière pour la biodiversité et les services écosystémiques; qui seront gérées de façon efficace et équitable; qui seront écologiquement représentatives et bien reliées, et qui feront partie intégrante d’un paysage terrestre et marin plus vaste.
  • Il n’existe aucun processus national ou international bien défini qui détermine le réseau global de conservation et, tout particulièrement, les aires de conservation. L’accent a plutôt été mis sur les zones protégées.

Ressources supplémentaires