Contrôle de la teneur en arsenic résiduel dans la région de Yellowknife

Contrôle de la teneur en arsenic

L’arsenic est naturellement présent en faible quantité dans bon nombre de lacs et de rivières des TNO. Cela dit, à cause des activités d’exploitation aurifère passées, la teneur en arsenic est plus élevée aux alentours de Yellowknife.

Le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest (GTNO), en collaboration avec les universités, surveille la teneur en arsenic dans l’eau, les sédiments, les sols et les poissons de la région de Yellowknife.

Les premiers résultats de ces projets seront transmis au ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) et aux autres ministères intéressés. Les résultats finaux seront accessibles au grand public. Pour consulter les derniers avis de santé publique publiés par le MSSS à l’intention des résidents de Yellowknife, rendez-vous sur le site du Ministère.

Évaluation des risques pour la santé humaine

En partenariat avec le bureau régional des TNO de Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord Canada (RCAANC), une évaluation des risques pour la santé humaine (ÉRSH) présentés par la contamination à l’arsenic résiduel dans les zones récréatives et traditionnelles de Yellowknife, de Ndilǫ et de Dettah a été réalisée. Le public et les gouvernements et les organisations autochtones ont exprimé leur inquiétude par rapport aux répercussions de cet arsenic sur leur santé puisqu’il est présent dans les zones où ils pratiquent leurs activités traditionnelles et récréatives. L’objectif de l’ÉRSH était d’estimer l’exposition potentielle et d’évaluer les risques pour la santé des gens exposés aux contaminants dans l’environnement lorsqu’ils fréquentent les zones entourant Yellowknife, Ndilo et Dettah pour leurs activités traditionnelles et récréatives, et lorsqu’ils vivent dans des chalets ou des maisons sur des lacs intérieurs dans ce secteur. L’ÉRSH a été menée par le ministère de l’Environnement et des Ressources naturelles en partenariat avec RCAANC.

Consultez notre brochure pour en savoir davantage sur l’évaluation des risques pour la santé humaine.

Séance d’information publique

La dernière étape de l’évaluation des risques pour la santé humaine de l’arsenic à Yellowknife, Ndilo et Dettah est maintenant terminée. Les résultats seront présentés lors d’une séance d’information publique virtuelle. Cette séance sera également l’occasion d’aborder les répercussions de l’arsenic sur les gens qui souhaitent profiter des terres et des plans d’eau, notamment pour la pêche, la cueillette et la chasse.

La séance aura lieu le jeudi 17 juin de 17 h 30 à 20 h.

Veuillez cliquer sur le lien ci-dessous pour participer au webinaire : https://us02web.zoom.us/j/82399845959

ID du webinaire : 823 9984 5959

Pour participer par téléphone : +1 778 907 2071 ou +1 647 558 0588

Contrôle des poissons

Le ministère de l’Environnement et des Ressources naturelles (MERN) des TNO collabore avec l’Université de l’Alberta pour étudier la présence de métaux, notamment d’arsenic, dans les poissons de grande taille de plusieurs lacs très fréquentés et potentiellement touchés de la région de Yellowknife.

Cette étude vise à dégager des tendances spatiales concernant la présence de métaux dans les poissons. Les lacs qui ont fait l’objet d’un échantillonnage sont les lacs Kam, Grace, Long, Martin (partie supérieure), Walsh et Banting.

Amorcée en mars 2016 en collaboration avec la Division des ressources en eau du MERN, l’étude a été financée par le Programme de surveillance des effets cumulatifs (PSEC) des TNO et Savoir polaire Canada.

Les espèces ciblées étaient le grand brochet et le grand corégone en raison de leur répartition et de leur densité. Les résultats de cette étude régionale nous permettront d’en savoir plus sur la présence de métaux tels que le mercure dans les tissus des poissons de grande taille.

Les échantillons ont été transmis à l’Université de l’Alberta et à l’Université d’Ottawa, où ils seront analysés.

Des prélèvements devraient également avoir lieu dans les lacs Chitty et Alexie au printemps 2018. Un rapport sera publié en 2019.

Contrôle de l’eau

Le 18 avril 2017, le MERN a effectué un contrôle de la qualité de l’eau sous la glace dans les lacs Kam et Grace.

La concentration totale d’arsenic et la concentration d’arsenic dissous dans l’eau étaient similaires à celles mesurées en 2014 par l’Université d’Ottawa et correspondaient à moins de la moitié des concentrations relevées en 1989-1991.

La teneur moyenne en arsenic dans les lacs Kam et Grace en avril 2017 était respectivement de 240 ppb et de 15 ppb. Ces chiffres cadrent avec les échantillons récemment prélevés par Miramar Northern Mining Limited dans le cadre de son Programme de réseau de surveillance, en vertu de son permis d’utilisation des eaux.

Les lignes directrices pour la protection de la vie aquatique établissent la teneur maximale acceptable à 5 µg/l, et les recommandations de Santé Canada pour la qualité de l’eau potable, à 10 ppb.

Des prélèvements ont également eu lieu dans les lacs Kam et Grace à la fin de mai 2017. Les résultats sont en cours d’analyse et devraient être publiés sous peu. D’autres échantillons seront prélevés à la fin d’août ou au début de septembre 2017.

Une autre étude, financée dans le cadre du PSEC des TNO en collaboration avec l’Université Carleton, permettra d’en savoir plus sur la mobilité des contaminants, et plus particulièrement celle de l’arsenic, dans les bassins hydrographiques de la région de Yellowknife.

Contrôle des sols

En partenariat avec l’Université Queen’s, le MERN contrôle la teneur des sols en contaminants près de Yellowknife. Cette étude vise à mieux cerner la variabilité régionale de la géochimie des sols dans un secteur touché par d’anciennes activités industrielles.

Projet d’assainissement de la mine Giant – Programme de suivi des effets sur la santé

Le Programme de suivi des effets sur la santé vise à établir des niveaux de référence d’exposition aux contaminants et à étudier les effets potentiels sur la santé des résidents de Ndilǫ, de Dettah et de Yellowknife avant le début des travaux d’assainissement de la mine Giant. Pendant ces travaux seront menées de nouvelles analyses, dont les résultats seront comparés aux niveaux de référence pour vérifier que l’assainissement n’entraîne pas l’augmentation du taux de métaux comme l’arsenic chez les participants.

L’Université d’Ottawa dirige l’élaboration et la mise en œuvre du Programme. Des séances d’information ont été organisées pour expliquer aux résidents en quoi il consiste et comment y participer. C’est à l’issue de l’analyse environnementale du projet d’assainissement de la mine Giant que ce programme s’est imposé.

Le prélèvement d’échantillons chez les résidents de Ndilǫ, Dettah et Yellowknife devrait commencer à l’automne 2017. 

Pour en savoir plus sur le Programme de suivi des effets sur la santé, rendez-vous sur le site du Projet d’assainissement de la mine Giant.

Renseignements supplémentaires