Changement climatique

Partenariats de recherche

Les particularités des Territoires du Nord-Ouest (TNO), qu’il s’agisse du paysage, des écosystèmes ou des espèces, offrent aux universités et aux chercheurs de formidables occasions d’étudier l’environnement. De plus, la rapidité et l’ampleur du changement climatique observé aux TNO font de ces derniers un lieu important pour l’analyse du phénomène.

Des chercheurs de partout au Canada et d’ailleurs dans le monde collaborent avec le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest (GTNO) pour approfondir les connaissances sur l’Arctique canadien, l’écosystème de la forêt boréale, les répercussions du changement climatique dans l’Arctique et une foule d’autres sujets.

La liste ci-dessous présente des partenariats et projets de recherche portant sur les effets et les changements causés par le réchauffement climatique dans le Nord canadien. Il s’agit d’un instantané qui illustre la quantité et la portée des recherches effectuées aux TNO.

Voici quelques exemples de recherche en cours :
•    Partenariat avec l’Université Wilfrid-Laurier pour des recherches concernant, entre autres, les effets de l’évolution des conditions de neige sur le caribou, l’incidence du réchauffement climatique sur la séquestration du dioxyde de carbone et du méthane dans les fondrières de mousse, et les conséquences du réchauffement sur la fréquence et l’intensité des feux de forêt.
•    Projet de l’Université de Montréal consacré à l’étude de ce qui suit : flux de dioxyde de carbone et de méthane entre le sol et l’atmosphère, flux de carbone aqueux et ruissellement, et taux de transformation de la couverture végétale (de forêt à milieu humide) découlant de la fonte du pergélisol et processus connexes.
•    Projet de l’Université de Montréal pour la reconstitution de l’environnement des TNO d’après l’étude de carottes de sédiments.
•    Projet d’étude de l’Université de l’Alberta sur l’incidence des feux de forêt sur les écosystèmes des TNO au cours des 50 dernières années.
•    Projet d’étude de l’Université de l’Alberta sur l’incidence des feux de forêt sur la qualité de l’eau dans les systèmes de drainage et les lacs.
•    Projet de l’Université de Guelph consacré à la surveillance, par télédétection aérienne et par satellite, de l’évolution de l’humidité du sol, de la végétation, des effets des feux de forêt et de la fonte du pergélisol partout aux Territoires du Nord-Ouest.
•    Projet de l’Université Western sur les répercussions de la fonte du pergélisol sur le cycle du méthylmercure dans les cours d’eau.
•    Le Consortium for Permafrost Ecosystems in Transition (CPET) (en anglais seulement), qui regroupe chercheurs universitaires, administrations publiques, groupes communautaires et partenaires de l’industrie, étudie les effets des changements liés au climat et à l’industrie sur les ressources aquifères dans la région frontalière englobant le sud des TNO et le nord-est de la Colombie-Britannique. Il enrichit les connaissances et les données scientifiques sur les changements environnementaux dans la région, pour obtenir des prévisions exactes de la disponibilité de l’eau en fonction des scénarios climatiques et des projections de retombées des activités industrielles. 
•    Le ministère de l’Environnement et des Ressources naturelles travaille étroitement avec la Commission géologique des Territoires du Nord-Ouest (en anglais seulement) sur une importante recherche concernant les glissements de sol dus à la fonte du pergélisol. Cette étude, menée dans le nord-ouest des TNO, porte sur les causes et les effets de ce type de glissement observé dans la région du plateau Peel.